La peinture landaise est une longue histoire, qui traduit, en même temps que l’évolution d’un territoire, la sensibilité d’un regard qui depuis un siècle n’a cessé de s’affirmer.

Bergers, troupeaux, marais, scènes de la vie courante, thèmes chers au photographe Félix Arnaudin, traduisant un paysage mélancolique voire austère, ont peu à peu été sublimés par le regard de peintres tels-que Alex Lizal et surtout Jean-Roger Sourgen……

Ainsi, de Henri Tayan, André Vidal, en passant par Marcel-Pierre Sarpy, Suzanne Labatut, Pierre-Gaston Rigaud ou Louis Crosnous assistons à l’éclosion d’une peinture dont Hossegor et son lac sont devenus une source d’inspiration constante.

En effet, simultanément à l’essor de la station d’Hossegor, l’intérêt pour ce paysage unique entre mer et forêt ne cessa d’attirer les artistes. Jean-Roger Sourgen y installa sa demeure. Des peintres tels-que Louis-Marius Gueit, Camille de Buzon, François-Maurice Roganeau, en même temps qu’amoureux du Pays Basque, s’étaient déjà laissés séduire. Plus récemment, Gaston Larrieu fut lui aussi sensible à l’atmosphère des étangs, et de la forêt landaise.

Des Landes au Pays Basque, il n’y a qu’un pas; du bord du lac d’Hossegor ou du port de Capbreton, on aperçoit par temps clair, les premiers contreforts des Pyrénées. Pour autant, s’il y eut des peintres landais, il est d’usage de parler d’une Peinture Basque. Mais c’est surtout en Espagne, que des artistes purement locaux créèrent ce qu’il est convenu d’appeler une « Ecole Basque ».

Côté Français, quelques précurseurs autour de Léon Bonnat, artiste, professeur et collectionneur, ont dès le début du XXème siècle amorcé l’aventure de la peinture basque; entre-autres Achille Zo, Gabriel Deluc, Gabriel Roby, Marion Garay, Henri Zo, Raoul Serres… Puis au début des années 20, naquit le Groupe des Neuf, groupement exigeant visant à stimuler la création de ses membres, constitué de Ramiro Arrue, René Choquet, Charles Colin, Jean-Gabriel Domergue, Henri Godbarge, Pierre Labrouche, Georges Masson, Périco Ribera, Raymond Virac, rejoints plus tard par Georges Bergès etPhilippe Veyrin. Ils furent les pionniers de l’âme basque traduite en peinture. Ces peintres qui viennent parfois d’horizons divers, comme Roganeau, Colin,Tillac, Choquet ou Floutier.

Depuis, la renommée de la Côte Basco-Landaise a attiré de nombreux artistes qui ont eux aussi témoigné avec leur sensibilité propre de leur séjour dans la région: Marie-Louise Cirée, Roland Oudot, Maurice Verdier, Yvon Grac… C’est toute l’originalité culturelle d’un territoire, qui est ici exaltée à travers une diversité artistique à la fois riche et variée.

Ouverte en 2002, la Chine du Port se veut porteuse de cette mémoire, par une sélection de tableaux qui racontent encore et encore la formidable histoire de notre région, des Landes aux Pyrénées. Cela dit, meubles, céramiques, objets, curiosités et design du XXème siècle, contribuent à l’atmosphère d’un lieu construit sur un seul critère, celui de l’exigence.